Un face à face de l’euro numérique contre l’inflation et l’épargne des ménages européens
Un face à face de l’euro numérique contre l’inflation et l’épargne des ménages européens
le 07/12/2021 par OZALENTOUR
1 0 1 765

La dette française toujours en plein laisser aller ?

La crise de 2008 a marqué un chao concernant la dette de la France.

Elle atteint un record avec la pandémie. La dette publique française a dépassé 2 000 milliards en 2014.
Aujourd’hui après la pandémie, avec les pénuries, une liquidité illimitée et excédentaire, une inflation élevée et persistante va-t-elle s’installer ?

Pourquoi les états ne sont pas financés par les banques centrales?

Avant, pour que la Banque de France puisse être indépendante, on se rattachait aux phénomènes d’hyperinflation qui ont été très douloureux pour la population. L’inflation qui avait atteint un très haut niveau, était devenue le principal obstacle économique. La seule solution consistait à éviter le gonflement de la masse monétaire et à axer la politique de la Banque de France uniquement sur la maîtrise des prix. Cette tâche sera assurée plus facilement par une Banque centrale indépendante. Avec le traité de Maastricht la BCE obtient un mandat principal : “maintenir la stabilité des prix”. Il est très probable qu’en 2021 ce mandat ne puisse plus être assuré.

Le fonctionnement de la Banque de France :

Dans les années 70, la Banque de France prête directement à la France. Elle crée donc de la monnaie. La masse monétaire gonfle et la création de liquidité est excédante. Cette liquidité excédentaire finit par créer de l’inflation. Depuis 2008, avec les programmes de rachat des dettes souveraines via le marché secondaire, il n’y a pas d’envolée de l’inflation. La BCE emprunte au secteur financier, l’argent ne fait que transiter par la Banque centrale et à côté de ça, il n’y a pas de création monétaire.

Et si la BCE prêtait directement aux Etats sans créer de la monnaie ? 

La seule solution serait que la BCE puisse convaincre les épargnants de lui confier leurs économies. C’est ce que l’euro numérique peut amener. Il est envisagé que chaque européen puisse déposer directement cette monnaie auprès de la banque centrale dont l’accès est jusqu’ici réservé aux banques commerciales.

Afin de garder une masse monétaire stable, éviter la fuite des épargnants vers cette monnaie électronique, la BCE veut limiter le nombre d’euros numériques placés chez elle. Avec l’euro numérique, il suffit que la BCE accepte une fraction des épargnes des ménages en euro numérique sur leurs comptes à la BCE et son passif va automatiquement augmenter. Ce passif pourra alors compenser de nouvelles dettes publiques qu’elle détiendrait à son actif. L’épargne des ménages européens financerait alors partiellement et directement l’endettement des États. L’épargne des ménages européens devient un levier majeur dans le soutient aux relances et à la réduction de l’endettement des États de la zone euro.

Source : Cadre et Dirigeant

Article proposé par
Aucun commentaire