Témoignage : Ahmed Bouzouba, Responsable du département Contrôle Financier au sein de la Caisse d’Epargne Ile-de-France
Témoignage : Ahmed Bouzouba, Responsable du département Contrôle Financier au sein de la Caisse d’Epargne Ile-de-France
le 22/02/2021 par Caisse d'Epargne Ile-De-France
0 0 0 1907

1. Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

 Ahmed Bouzouba, Responsable du département Contrôle Financier au sein de la Caisse d’Epargne Ile-de-France, depuis 2013.

Avant de rejoindre la Caisse d’Epargne IDF, j’ai travaillé plus de 13 ans dans les métiers d’Audit et de Conseil dédiés aux établissements financiers au sein de PwC et KPMG. 

 

2. Comment avez-vous découvert les métiers de la direction financière ?

J’ai découvert les métiers de la fonction finance, d’abord lors de stages effectués notamment au sein de la Direction du Contrôle de gestion de Matra Marconi Space et ensuite au début de ma vie professionnelle au sein du cabinet d’audit PwC, où j’ai effectué différentes missions d’audit légal au sein de plusieurs grands groupes bancaires. Ces expériences m’ont permis de découvrir la richesse et la diversité des métiers de la direction financière d’une banque.  

 

3. Quelles formations avez-vous suivi ? Pourquoi avez-vous choisi cette orientation ?

A l’issue de mon école de commerce, j’ai souhaité approfondir mes connaissances en finance et me spécialiser dans les métiers de la banque et c’est ce qui m’a amené à poursuivre mes études à l’ESC Toulouse avec un mastère spécialisé en banque et ingénierie financier et à Sciences Po Paris.

Ensuite, et en parallèle de mon activité professionnelle, j’ai obtenu le Diplôme Supérieur en Comptabilité et en Gestion. 

C’est mon appétence pour les chiffres et le fonctionnement de la banque qui m’ont guidé dans ces choix.

 

4. Pensez-vous que votre parcours a été un atout pour progresser en direction financière ?

Oui, mon parcours est un atout dans ma progression et mon travail au quotidien. La richesse des sujets que l’on pourrait être confronté au quotidien sont nombreux et variés et nous amènent à travailler avec quasiment l’ensemble des directions de la banque.

Elles peuvent être de nature comptable, prudentiel, juridique, fiscal, IT, contrôle interne ou bien organisationnelle... Même si le prisme de lecture s’appuie, d’abord, sur des données comptables dans le métier de contrôleur financier, ce dernier à mon avis, doit avoir un socle de compétences techniques et une bonne culture générale sur l’ensemble des métiers et de la réglementation bancaire pour travailler avec l’ensemble de ses interlocuteurs et ses collègues.

Pour moi, les métiers de la fonction finance et du Contrôle financier plus précisément combinent expertise et polyvalence à la fois opérationnelle et managériale, qui caractérisent l’intérêt et l’attrait du métier.

 

5. Pensez-vous qu’il existe un parcours idéal pour se diriger vers les métiers de la direction financière ?

Les personnes que j’ai rencontrées au cours de ma vie professionnelle n’avaient pas forcément le même parcours professionnel, même si, la majorité avait une formation et une expérience initiales comparables. La réglementation, les innovations et l’environnement des établissements financiers d’une manière générale, évoluent d’une manière permanente et nécessitent des adaptations rapides. Aujourd’hui, il n’est pas surprenant, de voir des financiers qui ont un background juridique, IT ou scientifique, ce qui n’était pas forcément le cas il y a une vingtaine d’année. Les métiers évoluent et les profils également.

 

6. Pourriez-vous présenter la direction financière de votre entreprise aux membres de Dogfinance ?

 Sans les chiffres, toute entreprise est perdue ! 

La fonction finance de la Caisse d’Epargne IDF joue un rôle clé dans la marche des affaires au quotidien, en donnant du sens aux différents chiffres produits.

Elle est un partenaire essentiel des métiers, sur le plan commercial et stratégique, pour définir, suivre et éclairer sur l’atteinte des objectifs et la rentabilité de la banque et de ses différents métiers.

Elle élabore et contribue à la définition de la politique financière qui accompagne le développement des différentes activités en veillant à optimiser les risques associés. Une banque c’est avant tout des ressources financières au passif, avec notamment toute l’épargne de nos clients, et des prêts à l’actif : cet équilibre actif-passif piloté par la Direction financière est clé pour la banque et pour l’économie du pays qui a besoin d’un niveau de financement dynamique pour soutenir les investissements.

Elle assure, par ailleurs, la production et la publication de la majorité des reporting réglementaires, prudentiels, comptables et fiscaux auxquels la banque est soumise, qu’ils soient destinés aux organes de gouvernance, à l’organe central BPCE, aux autorités de tutelle ou bien à l’administration fiscale. Elle est la garante de leur fiabilité et leur conformité. 

Et enfin, la fonction finance de la  banque anime ses filiales, en leur fournissant le cadre d’exercice de leurs missions dans le respect de la réglementation et des normes du Groupe BPCE et en assure le pilotage au niveau consolidé, en lien avec chacune des équipes finances au niveau local.

 

7. Pourriez-vous m'expliquer votre métier au quotidien au sein de votre entreprise ? Les missions, challenges, votre environnement de travail ?

Le Contrôle financier, est un métier encore méconnu. Son champ d’intervention ne cesse d’évoluer et de s’élargir au gré des mutations réglementaires, en particulier.

Sa mission principale, est de s’assurer, selon une approche par les risques, de la qualité des informations financières traitées et produites et des différents reports produits par la Caisse d’Epargne Ile-de-France. Il communique aux organes de Direction et a minima trimestriellement, son avis qualitatif, et le cas échéant les conseils associés.

Au quotidien, les travaux du contrôleur financier, visent à s’assurer que les données produites sont sécurisées par une organisation, un ensemble de procédures et un dispositif de contrôle adéquat. Il en sélectionne un échantillon en fonction des risques appréhendés et contrôle, d’une manière documentée, la fiabilité et la conformité de la donnée véhiculée en utilisant plusieurs techniques : contrôle de cohérence, contrôle calculatoire, contrôle de rapprochement, examen analytique, contrôle de conformité aux procédures et la réglementation applicable etc.  

S’agissant des défis auxquels le Contrôleur financier est confronté, je peux vous en citer les deux des plus très importants. Le premier défi du Contrôleur financier est de mener dans des délais contraints l’ensemble des travaux planifiés. Le deuxième défi à relever au quotidien, est de s’approprier rapidement la manière dont les informations ont été traitées opérationnellement et dans les différents systèmes de gestion, d’une part, et traduites dans les systèmes de la sphère de la fonction finance, d’autre part.

Pour autant, la vision d’ensemble des différentes activités de la Caisse d’Epargne Ile-de-France, les échanges enrichissants avec de nombreuses directions, la bienveillance et l’accompagnement de la Direction et l’esprit d’équipe qui règne au sein de l’équipe Contrôle financier et, plus généralement, au sein de toute la fonction finance, et l’entreprise contribuent à relever l’ensemble des défis et constituent un moteur de motivation pour le quotidien.

 

8. Quelles sont les opportunités présentes dans les métiers de la direction financière ?

Les opportunités au sein de notre fonction finance sont nombreuses et peuvent concernées tous les métiers : la Comptabilité et Fiscalité, le Contrôle de gestion, la Gestion financière et l’ALM et le Contrôle financier.

 

9. Quels conseils donneriez-vous à un étudiant souhaitant intégrer votre direction financière ?

Postulez chez nous, d’abord pour un stage, pour découvrir la Caisse d’Epargne Ile-de-France, les femmes et les hommes qui y travaillent, son histoire, sa culture et la diversité de ses métiers. La Caisse d’Epargne Ile-de-France est une banque coopérative bicentenaire, une banque solide, responsable, innovante et au service de l’ensemble ses clients et ses sociétaires.  

Si vous êtes un jeune diplômé et avez une appétence pour les métiers du chiffre et de la « Data », vous êtes curieux et vous souhaitez continuer à apprendre sur les nouvelles réglementations, les produits, les systèmes d’information etc. alors n’hésitez pas à postuler aux opportunités ouvertes au sein de la fonction finance. Rendez-vous sur jeveuxcejob.fr pour postuler dès à présent. 

 

10. Peut-on dire que les métiers de la direction financière sont des métiers d’avenir ?

Tout à fait, produire, analyser, suivre, contrôler et donner du sens aux chiffres produits, on en aura toujours besoin et quel que soit l’évolution du secteur et du métier.

Il est fort probable que les mutations technologiques auront un impact sur les différents métiers de la fonction finance facilitant d’avantage certaines tâches fastidieuses jusqu’à aujourd’hui, mais à mon avis cela ne changera pas fondamentalement les missions de la fonction finance.

 

11. À quels changements pensez-vous que ce secteur sera confronté ?

L’adaptation au changement est une des caractéristiques du secteur bancaire, en l’occurrence compte tenu de sa forte réglementation omniprésente sur l’ensemble de ses activités, des mutations technologies et de la baisse des taux d’intérêt.

Sans aucun doute, les conséquences de la transformation digitale, et le niveau bas des taux d’intérêt continueront à être des défis majeurs des années à venir. Je pense notamment aux menaces externes sur la sécurité des SI et des données et le respect des exigences réglementaires en termes de capital et de liquidité. Mais, selon moi, la priorité pour le secteur sera de gérer les conséquences économiques de la crise sanitaire et la hausse de l’endettement des ménages et leurs impacts, en particulier, sur le coût du risque des banques.

 

12. Le COVID-19 va-t-il beaucoup impacté ce secteur ?

Oui, comme toutes les entreprises, le COVID-19 a marqué la Caisse d’Epargne Ile-de-France  qui a dû s’adapter rapidement pour continuer à être utile à ses clients tout en les protégeant avec ses salariés. Un des bénéfices de cette crise est l’accélération rapide de la transformation digitale qui a modifié les comportements et les habitudes des clients et les modes de travail. Je pense notamment au télétravail et aux nouveaux outils technologiques de gestion de la relation Clients qui continueront, à se développer, et qui amèneront davantage de nouvelles innovations. La Caisse d’Epargne Ile-de-France sera au RDV comme cela a été toujours le cas depuis 200 ans !

 

13. Un dernier mot pour la fin ?

La Caisse d’Epargne Ile-de-France fait partie du Groupe BPCE deuxième grand groupe bancaire en France, c’est un bel établissement, fort des femmes et des hommes qui le composent.

Article proposé par
Aucun commentaire