Savez-vous ce qui fait (réellement)  la différence en entretien d’embauche ?
Savez-vous ce qui fait (réellement) la différence en entretien d’embauche ?
le 28/11/2018 par Page Personnel
18 12 0 9662

On évoque régulièrement les choses à ne pas dire ou à éviter en entretien d’embauche mais on oublie souvent l’essentiel. Comment faire réellement la différence en moins d'une heure d'échanges ? Réponses ici.

Les basiques de l'entretien d'embauche :

  • Se renseigner sur l’entreprise, montrer que l'on pourra se fondre dans la culture d’entreprise et en partager les valeurs ou les ambitions, qu’il y a une véritable identification à la société.
  • Se rendre à l'entretien uniquement si l'on porte un intérêt réel au poste et à l'entreprise. Il faut qu’il y ait derrière toute candidature une motivation réelle qui donnera envie à la personne qui vous rencontre de travailler avec vous. Ne perdez pas votre temps en répondant à des annonces ne vous correspondant pas juste parce que le titre de l’offre semblait intéressant. 
  • Se souvenir des personnes rencontrées au cours du processus de recrutement. Que ce soit au sein d’un cabinet de recrutement ou en entreprise, c’est primordial. Au-delà de prouver votre intérêt pour le poste que vous convoitez, cela renforce votre crédibilité et apparaît comme une marque de respect pour les personnes qui vous ont consacré de leur temps. Si vous avez rencontré le top management, évitez devant les RH les « oui, j’ai bien rencontré madame.. euh… comment elle s’appelait déjà ? »… « Madame Clerc, notre PDG. ». Aïe.
  • Prendre des notes en entretien peut être une bonne idée pour éviter ce genre de mésaventures. Il ne s’agit pas de tout noter mais de garder le plus important. Il peut s’agir d’éléments sur lesquels vous souhaitez rebondir par la suite, d’informations clés sur le poste ou l’organisation, de spécificités techniques. Cela montre que vous êtes à l’écoute et que vous enregistrez les points d’intérêt énoncés par votre interlocuteur.
  • Soigner sa communication non verbale. Si cela n'est pas en soi un critère de sélection, l’impression que vous donnez de vous-même en entretien compte tout de même. Pensez à organiser vos documents avant l’entretien, à apporter un stylo et une feuille vierge afin de ne pas finir par gribouiller sur un morceau de journal sous les yeux du recruteur par exemple.

Ce qui fait la différence lors d'un entretien d'embauche ?

 

  • Être sûr de soi, avoir confiance en ses compétences, OUI ! Venir en pensant ne plus rien avoir à apprendre, NON ! Un candidat qui manque d’humilité aura de grandes chances de pâtir de son manque de modestie lorsqu’il rencontrera les RH de l’entreprise qui doivent pouvoir se représenter le candidat comme un futur collaborateur. Soyons honnêtes, peu de gens ont envie de passer 10h par jour avec une personne qui, potentiellement, ne saura pas se remettre en question.
  • Être ouvert et motivé. De plus en plus de recruteurs ne recherchent plus uniquement un profil avec des compétences purement techniques mais souhaitent une personne qui se montre avide d’apprendre et prête à proposer des solutions en tirant les leçons de ses expériences passées. Ces compétences comportementales ou 'soft skills' sont aujourd'hui très recherchées par les recruteurs et font de plus en plus la différence lors d'un processus de recrutement. Aujourd’hui, un employeur préférera certainement recruter un profil avec une personnalité proche des attentes de l’entreprise même s’il y lui manque quelques compétences techniques. N’oubliez pas que la personne qui recrute doit avoir envie de travailler avec vous. L’entretien est une occasion de créer un lien ou d’évaluer si celui-ci pourra se développer positivement ou non.
  • Arriver un peu stressé en entretien, pourquoi pas ? Après tout, le stress est un moteur de performance. Pas de grosse panique, mais juste la dose de stress qui fait que l’on reste vigilant et réactif sans pour autant perdre ses moyens. Jetez un oeil à nos 4 conseils anti-stress pour passer un entretien d'embauche.
  • Ne rien laisser paraître de négatif. L’entretien, c’est un peu un argumentaire de vente, une présentation commerciale. En ce sens, les recruteurs rappellent régulièrement qu’il est préférable de ne pas dénigrer ses anciens collaborateurs durant l’échange. L’impression laissée doit être positive, le message doit être optimiste, productif. De la même manière qu’une publicité doit donner envie d’acheter, vous devez donner envie au recruteur de vous embaucher. Être ouvert et avenant est pour ce faire toujours un plus.

 

Pour finir, on ne le dit pas assez souvent, et cela peut être difficile à appréhender, mais ne pas être sélectionné est parfois un bien. Pour se remettre en question, mieux cibler ses recherches, se recentrer et décrocher parfois, dans les semaines qui suivent, un poste plus adapté à son profil ou au sein d’une entreprise qui nous ressemble plus.

Article proposé par
12 commentaires
Cendrès S. Mardochée SIBA
MAGNIFIQUE
| Répondre - le 29/11/2018
Laurent Dubos
tout à fait d'accord
| Répondre - le 29/11/2018
SYLVETTE TECHENE
A compétences égales, c'est la communication non verbale et l'impression donnée qui feront la différence. Cela constitue un énorme critère de sélection qui se joue inconsciemment. A moins qu'on sache se vendre comme un paquet de lessive mais là, attention mensonges et déconvenues pour l'employeur.
| Répondre - le 29/11/2018
touria akabli
c'est exacte,
| Répondre - le 29/11/2018
loic gbessaya
C'est bien résumé.
| Répondre - le 30/11/2018
Bruno LE BECHEC
Des conseils à retenir absolument , être ouvert(e) à toute remise en question de soi sur les points attendus d'une entreprise en plus des nos compétences
| Répondre - le 30/11/2018
ILHAM BELHABRI
Parfait, j'aurai voulu lire un article sur les défauts et qualités, merci
| Répondre - le 01/12/2018
Döndü EFE
Une fois en entretien la personne m'a dit 'vendez-vous, pourquoi vous et pas quelqu'un d'autre ?". Je lui ai dit 'je ne peux pas me comparer à des personnes que je ne connais pas et ce n'est pas mon caractère de me vendre, vous avez mon C.V. je me suis présentée comme je suis'. Si c'est à moi de me vendre, c'est à elle de savoir ce qu'elle veut, ce qu'elle veut acheter, après le bla bla bla je peux en faire aussi. Lui dire ce qu'elle veut entendre... Je n'ai pas de personnalité à vendre et travailler dans cette mentalité ne m'intéresse pas. En entretien d'embauche, je me soigne, je me prépare, me renseigne et j'y vais. Je reste comme je suis, 'moi' honnête. Je ne cherche pas un travail pour travailler mais apporter des compétences et une personnalité pour contribuer à la vie de la société.
| Répondre - le 05/12/2018
Nicolas LE PODER
Döndü EFE : Exactement, complètement en phase avec cela. Recruter comme se faire recruter n'est pas un acte de vente. Nous nous inscrivons dans un processus de matching, ce qui requiert un dialogue sans faux semblants. En entretien, il y a deux recruteurs qui in fine arbitrent (se choisissent ou non), le candidat étant aussi l'un de ces recruteurs. Comprenons le bien pour changer durablement le paradigme du recrutement. Certaines sociétés de prestation vont jusqu'à commissionner leurs "recruteurs" pour l'embauche de collaborateurs sans même intégrer la notion de turnover subi, finalement totalement assumé sur des populations presque exclusivement composées de 0-3 ans d'expérience. Ces pratiques ne sont absolument pas recommandables en faisant finalement venir des personnes sur une base de story telling qui est comparable à un mirage, en recrutant mal avec des erreurs de casting à la clef et / ou en attirant qu'essentiellement des personnalités tangeantes peu compatibles avec l'intelligence collective avec beaucoup d'esprit de mercenaires qui ne regardent qu'essentiellement la surface et ce qui brille au grand détriment du service rendu, qui pourtant fait toute la différence. Un recruteur se doit de mettre à l'aise le candidat en créant une expérience positive, l'entretien étant une évaluation réciproque. Quant à la motivation, le dynamisme, l'engagement, la transparence,... ces fameuses soft skills qui ne sont pas autre chose que de l'éducation et du savoir être, cela ne se décrète pas, cela se vit et donc se constate au delà des mots. De même que l'on ne vend pas en ne mettant en valeur excessivement et donc en biaisant la relation pour ceux qui persistent à croire que le recrutement est un acte de vente. Non, c'est un matching en continu au delà du poste à pourvoir ayant appliquant les préceptes des volets économiques et social du développement durable. Le talent de recruter requiert une vision grand angle et la démarche holistique que je prône ici indirectement permet d'atteindre plus sûrement un degré de virtuosité faisant aussi penser que ce métier s'il ne peut être pensé comme une activité scientifique requiert autant un certain cadrage que de la créativité par de l'Intelligence émotionnelle et de la contextualisation. Ce pourquoi il est absolument impensable de mettre en concurrence voire en doute les compétences et le savoir faire versus le savoir-être :))
| Répondre - le 06/12/2018
Jacques Baron
Les conseils donnés ici sont surement plus faciles à appliquer pour certains que pour d'autres. Cela peut dépendre (parfois fortement) de la nature de chacun. Mais je retiens surtout la phrase de conclusion qui, elle , me semble s'appliquer au plus grand nombre :
...ne pas être sélectionné est parfois un bien... et décrocher ... un poste plus adapté à son profil ou au sein d’une entreprise qui nous ressemble plus.
Cette sentence exige quand même une qualité à minima: Ne jamais jeter l'éponge.
| Répondre - le 06/12/2018
Pierre ALDEBERT
Une belle analyse explicitée simplement et difficilement contestable.
Donner envie par sa présentation; permettre à l interlocuteur de se projeter dans la perspective de « recroiser dans les couloirs » le candidat devenu collaborateur.
En synthèse, sur beaucoup de postes ne nécessitant pas une maîtrise technique immédiatement aboutie, la recherche du savoir être plus que du savoir faire.
Cependant l’entreprise dispose t elle de ce choix?
En effet, par le truchement de cabinet de recrutements, la présélection de profils ne conduit elle pas à une normalisation contre-productive? Une standardisation des profils alors qu une équipe s enrichit de diversités.
Reste donc en suspens la question, en amont, des critères de sélection de ces cabinets sur les postes d encadrement notamment.
| Répondre - le 08/12/2018
JEAN-BAPTISTE BLANC
J'aurais également proposé : être sincère plutôt que de présenter un personnage écrit à l'avance, que le recruteur un minimum avisé saura déceler sans problème.
| Répondre - le 29/12/2018