Les quatre étapes clés d’une bonne négociation en entretien d’embauche
Les quatre étapes clés d’une bonne négociation en entretien d’embauche
le 01/03/2016 par Anaïs Ginibrière
16 4 10 7503

1. Avant toute négociation, il est primordial de vous informer sur les salaires pratiqués dans votre secteur, à votre niveau d’expertise, de hiérarchie et de formation.  Il faut donc avoir une idée de ce que vous valez sur le marché de l’emploi.

Vous pouvez pour cela consulter diverses fiches métiers proposées par de nombreux sites, cabinets de recrutements, ou encore par la presse économique.

En outre, renseignez-vous également sur l’entreprise dans laquelle vous postulez : de fait, vous ne pourrez pas faire le même type de proposition pour une candidature au sein d’un grand groupe vs. une start-up.

Enfin, ne faites pas une demande trop en décalage avec le marché du travail, vous perdrez en crédibilité et aurez des difficultés par la suite à faire entendre vos arguments et à négocier. D’où l’intérêt de se renseigner sur votre profil par rapport au marché !

 

2. Il est ensuite déconseillé d’aborder la question du salaire dès le premier entretien. Ainsi, laissez votre interlocuteur évoquer ce sujet. Laissez-vous le temps d’en apprendre le plus possible sur les responsabilités qui vous seront confiées, les possibilités d’évolution, etc., afin d’apprécier au mieux la rémunération que vous pourrez escompter.

Vous verrez que souvent, si le processus de recrutement se poursuit, le deuxième entretien est le moment idéal. En parler trop tôt, c’est prendre le risque de laisser croire à l’employeur que vous n’êtes attiré que par cela.

 

3. Lorsque l’on s’enquerra de vos prétentions salariales, répondez toujours en brut annuel, et ne donnez pas un chiffre fixe, mais une fourchette. Favorisez aussi une fourchette haute, en partant du principe que le recruteur privilégiera la tranche la plus basse. Raisonner en brut, c’est non seulement prendre en compte les charges de l’entreprise dans ce jeu de négociation, mais aussi se considérer comme partie intégrante de celle-ci !

A contrario, si la proposition de salaire vient de l’employeur, faites-vous spécifier si le montant indiqué est en brut ou en net, calculé sur douze ou treize mois, complété par des primes, intéressements, variable ou autres avantages tels que le téléphone et l’ordinateur portables, le véhicule de fonction, etc.

 

4. Enfin, bien qu’une négociation implique des concessions, ne vous sous-évaluez jamais et ne cédez pas sans négocier ! Restez objectif, et si vous voulez que l’on vous entende, sachez convaincre votre interlocuteur en appuyant votre demande sur des arguments tangibles et précis, liés à vos compétences, aptitudes et parcours professionnel.

Ayez également en tête qu’il existe plusieurs formes de rémunération, une future promotion par exemple. Cela peut parfois être bien plus intéressant !

Article proposé par
4 commentaires
Döndü EFE
Tout dépend du poste occupé : à responsabilité, pluridisciplinaire, autonome qui nécessite une analyse financière et une réactivité en amont ou aval. Que l'on travaille à Paris ou en Province le coût de la vie n'est pas le même et ni les frais pour aller travailler. Donner une fourchette c'est mieux car on ne sait pas exactement comment va se passer le travail. L'article est intéressant et de bon conseil. Merci.
| Répondre - le 02/03/2016
Lamine MANE
Veuillez agréez madame Anais Ginibrière mes sincères remerciements
| Répondre - le 07/03/2016
EMMANUEL LEQUEUX
Oui intéressant, Une bonne base de négociation peut être de partir de de son dernier salaire brut annuel et d'apporter des arguments justifiant une hausse. Il faut prendre en compte le fait que nous pouvons être en situation de force ou de faiblesse selon le nombre de candidats potentiels et la VA apportée à l'entreprise.
| Répondre - le 10/03/2016
DESCAMPS
Article judicieux et la remarque concernant Paris est bien juste car même si ce n'est pas du temps travaillé, il y a du temps de transport important pour la plupart des travailleurs parisiens, frais de transport, de déjeuners.... donc cela justifie des salaires plus importants à Paris ou dans les très grandes villes !
| Répondre - le 10/03/2016