Tout quitter pour intégrer une fintech ?
Tout quitter pour intégrer une fintech ?
le 16/05/2018 par Garance Foucher
26 20 3 24111

Depuis une dizaine d’années, les start-ups de technologie financière, appelées Fintech, réinventent et bouleversent les codes de la finance traditionnelle à travers le monde. En continuel développement, le secteur a vu naître des services toujours plus innovants les uns que les autres, et de nouveaux métiers spécialisés.

Application mobile, crowdfunding, système de paiement en ligne, intelligence artificielle, block-chain, robo advisors... les technologies numériques et les services financiers innovants développés par les Fintech ne manquent pas. Évoluant pourtant dans un environnement ultra-réglementé, elles challengent les institutions financières traditionnelles en révolutionnant les usages et s’inspirant de l’économie collaborative où les clients définissent leurs besoins.

En France, on note une forte croissance du marché de la fintech, et un réel dynamisme des entrepreneurs français. L’association professionnelle Fintech France recense plus de 170 fintechs dans plusieurs catégories : regtech opérations et infrastructure, assurtech, service de financement d’investissement et d’épargne, banking / PFM, service de paiement. :

 

 

Les fintechs françaises font aussi leur place sur le marché international. En effet, un rapport publié par KPMG en 2017 met en lumière 6 Fintech françaises dans le TOP 100 des Fintech mondiales.

“L'écosystème de la Fintech est entré dans une phase d'accélération et de consolidation. La première vague était liée principalement aux usages et aux services, le paiement, le crowdfunding, le conseil financier, etc, qui connaît une forme de maturation. En termes de financement, la ressource est là désormais. Dans le capital-développement, les Français sont passés de la queue à la tête du peloton.” affirme Alain Clot, Président de Fintech France.  

 

Les nouveaux métiers créés par les fintechs

Avec les évolutions majeures du secteur financier et celles du numérique en général, de nouveaux métiers spécialisés ont vu le jour pour répondre aux besoins des fintechs. Parmi ces métiers, en voici quelques-uns :

- Data Analyst : il recueille, analyse et exploite les données de l’entreprise en facilitant leur accès via des bases de données dont il a en charge l’administration et l’architecture. Grâce à l’exploitation et la traduction de ces données, il accompagne les prises de décision des dirigeants et les conseille de manière stratégique.

- Analyste KYC (Know Your Customer) : il analyse et maîtrise les risques liés aux opérations financières des clients dans un contexte ultra-réglementé où la lutte contre le blanchiment de capitaux et les fraudes est un enjeu. Il veille sur la conformité, et met en place des process lui permettant une connaissance très précise des clients.

- Growth Hacker : il développe et coordonne des actions de financement et de marketing digital dans le but d’accélérer rapidement la croissance de la start-up. Garant de la vision de développement de l’entreprise, il se sert des données à sa disposition et de techniques commerciales modernes, pour proposer notamment des solutions d’acquisition et optimiser les coûts.

 

Tout quitter pour intégrer une fintech ?

Lorsque l’on s’intéresse de près à l’histoire des fintechs, on trouve très souvent des exemples de financiers expérimentés qui, après avoir occupé des postes à responsabilités au sein de banques, grands groupes ou institutions, décident de rejoindre ces start-ups de technologies financières. Alors qu’ils étaient destinés à des postes de direction en suivant une voie traditionnelle, ils décident de sauter le pas vers l'entrepreneuriat. Passer d’une direction financière d’un grand groupe international à une start-up n’a évidemment rien à voir. Alors pourquoi cet engouement ?

D’une manière générale, intégrer une start-up, c’est intégrer une entreprise en croissance avec moins de hiérarchie, plus de souplesse dans les process décisionnels, et avec un périmètre d’actions plus important que dans les grands groupes où tout est souvent plus cloisonné. Les équipes y sont aussi généralement plus jeunes et pluri-disciplinaires. La culture d’entreprise de ces fintechs est une des raisons qui attirent les profils expérimentés.

De plus, les fintechs présentent pour certains professionnels des opportunités d’évolution de carrière rapide. En revanche, ceux qui prennent la voie de l’entreprenariat renoncent souvent à un certain confort obtenu grâce à la notoriété de leur structure traditionnelle. Ils acceptent souvent de revoir leur salaire à la baisse, et de s’engager dans une structure dont la pérennité n’est pas toujours garantie. Ainsi, les challenges à relever dans ces start-ups sont de taille ! Les mots d’ordre pour ces financiers : adaptation et réactivité !

 

Et vous, êtes-vous prêt à tout quitter pour rejoindre une fintech ?

Article proposé par
20 commentaires
Claude Chapelong Dimo Dimo
Bonjour à tous et merci à Dofinance de toujours nous proposer des articles aussi important et consistant.
Je ramène la question à mon contexte si vous le permettez.
Dans le contexte sous régionale d'Afrique Centrale ces startup pourraient véritablement avoir une part important du marché vue la croissance assez rapide de l'utilisation des technologies numériques et des plateformes digitales mais aussi la situation routinière des banques qui manquent un peu d'exprit d'innovation et de réel politique d'accompagnement des jeunes entreprises (elles se focalisent sur le retail ).
Le challenge sera plus grand pour une fintech sur le marché mais très remunerant, l'inclusion bancaire est très faible mais l'inclusion financière à travers le numérique à tendance à être très forte (exemple du mobile exchange fund qui explose en chiffre actuellement)
En me situant dans le contexte CEMAC, je quitterai une banque classique pour une fintech.
Je vous remercie.
| Répondre - le 18/05/2018
Garance Foucher
Claude Chapelong Dimo Dimo : Bonjour Claude, merci pour votre retour. Cet article pourrait sans doute vous intéresser : https://www.dogfinance.com/fr/news/afrique-les-nouveaux-metiers-de-la-finance-digitale
| Répondre - le 21/05/2018
Jean-Jacques Gillardeau
Bonjour,
Oui, j'aimerais bien tout quitter pour
Travailler différemment
Cordialement Mr gillardeau.
| Répondre - le 17/01/2019
SERGE EBO
Bonjour
Cela pourrait être bien intéressant . Un nouveau challenge pourquoi pas .
Cdlt
SERBE EBO
| Répondre - le 17/01/2019
Bocar ANNE
Merci du partage c'est toujours aussi instructif de vous lire !
| Répondre - le 17/01/2019
Abibatou MBENGUE
Bonjour
Je suis intéressé pour mon stage
| Répondre - le 17/01/2019
Coralie Morales
Dans le monde dans lequel nous évoluons il est essentiel et important de ne pas négliger les fintechs. Aujourd’hui nous avons besoin d’elles. A l’heure du digital comme on entend souvent... alors oui une expérience dans une nouvelle entreprise, apprendre de nouveaux métiers et évoluer avec nos expertises; alors oui quitter un grand groupe pour une fintech serait une expérience enrichissante ! À bientôt peut être...
| Répondre - le 17/01/2019
Robinson Crusoé DJOGNIBO
Oui j'aimerais bien tiut quitter pour travailler différemment
| Répondre - le 17/01/2019
Soukaina Jammamode
Bonjour merci du partage, qui est super interessant . N'hésitez pas à m'en faire part. A bientôt
| Répondre - le 17/01/2019
Ali Briouza
Bonjour;
les Fintech est un domaine qui est entrain de bouleverser le monde de la Finance et de donner une nouvelle dimension à ce domaine qui est l'apanage des banques traditionnelles. D’ailleurs ces banques conscient de ce danger n'ont pas hésité à créer leur propres plateforme digitale.
Je suis très tenté par cette nouvelle voie qui va certainement apporter, un plus de un pour moi en tant que cadre bancaire et de de deux pour le secteur bancaire là où je réside et travaille.
| Répondre - le 18/01/2019
Membre anonyme
Bonjour,
Merci pour l'information. C'est toujours bon de savoir. J'aimerais bien prendre contact une fintech pour en savoir plus, comprendre pour décider.
| Répondre - le 18/01/2019
Monica Souto
Super info
| Répondre - le 18/01/2019
philippe Borne
Merci du partage. Le domaine des Fintech France est trsè dense (500 entités selon le Pole Finance Innovation). Cependant, nous avosn un problème de CA : près de 60% des Fintech créées il y a plus de cinq ans n'atteignent pas encore le million d'euros de revenus et 50% n'ont pas atteint 300 Keuros en 2017( source Cabinet Exton Consulting). Problème de communication, naming ?
Question: combien de fintech reconnaissez-vous dans la cartographie de France Fintech ?
| Répondre - le 21/01/2019
Batou Naminata TOURE
Bjr chers tous, et merci à Dogfinance de tjrs nous faire part de certaines infos, travailler différemment, il n’y rien de tel surtout que nous sommes dans l'ère de la digitalisation. Cette plate forme serait la bienvenue en côte d'ivoire.
| Répondre - le 01/03/2019
philippe Borne
Bonjour,
@Batou Toure : il y a eu un forum réservé aux FinTech à Abidjan fin novembre 2018. Voici un lien à étudier
https://africafintechforum.org/
| Répondre - le 01/03/2019
Batou Naminata TOURE
Bjr M. Philippe, et merci
| Répondre - le 01/03/2019
Marc Douvillé
Bsr, Je ne comprends pas trop la différence entre une entreprise US et Française : aux USA, vous Créez votre entreprise, vous lui donner des statuts et au final il faut juste déclarer le bénéfice. En France, il faut créer des statuts, déclarer à l'Urssaf etc, créer une marque à l'Inpi...Ne pourrait il pas y avoir plus simple? :)
| Répondre - le 07/06/2019
Armelle Kamdem
Super article!
| Répondre - le 07/06/2019
Christophe FAVRE
Bonjour
Votre article m'a captive. serais intéressé de vous rencontrer afin d''en discuter plus sérieusement.
Je viens juste de quitter le groupe Advenis après 10 années de collaboration.
Cordialement
| Répondre - le 07/06/2019
Lucina Patricia
Bonjour
Je suis très intéressée. La star up je connais et je veux me lancer.
Peut-on en parler prochainement ?
| Répondre - le 08/06/2019