Les Français et l'intelligence artificielle
Les Français et l'intelligence artificielle
le 02/05/2022 par Mazars
0 0 0 333

Mazars a mené en partenariat avec l’Institut de sondage CSA une étude sur la notoriété et l’image des algorithmes d’intelligence artificielle (IA) auprès du grand public.

L’intelligence artificielle (IA) est entrée dans le langage et l’imaginaire communs. Au cours des dernières années, les progrès en matière d’intelligence artificielle se sont accrus de manière exponentielle. Pour autant, cette diffusion rapide de l'algorithmie soulève de nouvelles problématiques liées par exemple aux biais systémiques, au risque de non-détection de biais, à la discrimination ou à la perte de maîtrise de l'intelligence artificielle.  

La question du contrôle des algorithmes et de l'IA responsable mobilise aujourd’hui une multitude d’acteurs, notamment au niveau européen. En avril 2019, un groupe de 52 experts réunis par la Commission européenne a publié ses « règles éthiques pour une IA de confiance ». C'est dans ce contexte de renforcement du contrôle des algorithmes d'intelligence artificielle, que Mazars a souhaité comprendre comment ces nouvelles technologies sont perçues par le grand public.

Pour répondre à ces questions, Mazars a mené en partenariat avec l’Institut de sondage CSA une étude sur la notoriété et l’image des algorithmes d’intelligence artificielle en interrogeant un panel de 1 005 de Français et en a tiré les conclusions suivantes. 

L’intelligence artificielle, un outil connu des Français qui demeure pourtant relativement obscur

Bien que la majorité des Français connaisse ou ait déjà entendu parler des algorithmes d'IA, ils sont encore nombreux à ne pas bien comprendre ces technologies. 

  • 81% des Français en ont déjà entendu parler
  • 38% des Français ne voient pas ce dont il s'agit
  • 19% des Français n'en ont jamais entendu parler

Une pertinence incontestablement reconnue, mais dont l'efficacité est questionnée pour les usages impliquant très directement les humains 

Les Français portent un regard globalement positif sur l’IA, considérant qu’elle présente un apport majeur à de nombreux usages, et plus globalement appréciant son incidence comme positive vis-à-vis d’un certain nombre d’enjeux sociétaux. 

L'IA et ses usages :

  • 75% des Français pensent que l'IA a un apport majeur dans les services Business 2 Business (B2B)

  • 54% des Français pensent que l'IA a un apport majeur dans des usages orientés Business 2 Consumer (B2C)

  • 27 % des Français pensent que l'IA n'a pas d'apport dans l'assistance d'interaction ou l'aide à la décision

L'IA et cinq enjeux sociétaux :

Les Français apparaissent plutôt ouverts aux algorithmes d’intelligence artificielle et considèrent son utilisation comme positive. Pour autant ces résultats montrent également qu’un peu plus du quart de la population ne suit pas toujours cet optimisme majoritaire :

  • dans le cas des usages s’immisçant dans les rapports humains ou dans les décisions à incidence directe sur les humains (service après-vente, crédit, assurance),
  • dans le cas des enjeux relatifs à l’égalité des chances et à l’information, et plus encore pour l’emploi.

L'IA et quelques-uns de ces risques : 

De plus, ce regard positif vis-à-vis de l’IA est assorti d’une forte inquiétude quant aux risques auxquels cette technologie expose tels que le risque de cyber-piratage, les risques d'atteinte à la vie privée, ceux relatifs à l’équité et la compréhension des résultats de l’IA, la perte de contrôle et la responsabilité, les transferts de données personnelles non autorisés ou abusifs. 

Comment modérer ces risques et développer des IA responsables ? 

Ces scores reflètent peut-être pour les Français la contrepartie logique de la puissance des outils d’IA, mais constituent aussi potentiellement le signal d’une forme de préoccupation voire de défiance vis-à-vis des opérateurs d’algorithmes d’IA quant à leur niveau de maîtrise de ces risques.

Pour modérer ces risques, le dispositif d’auto-contrôle par les opérateurs est considéré comme la solution la moins efficace. Les Français seraient manifestement plus rassurés par un dispositif de contrôle externe périodique :

  • 74% - Un contrôle externe périodique
  • 67% - Une publication des mesures de contrôle interne
  • 60% - Dispositif d'autocontrôle par les utilisateurs de l'IA

>> Télécharger l'étude complète <<

Article proposé par
Aucun commentaire