Interview Arthur Mahé, Security Consulting Manager chez Accenture
Interview Arthur Mahé, Security Consulting Manager chez Accenture
le 03/03/2022 par Accenture
1 0 0 296

1)      Présentez-vous en quelques lignes

Je m’appelle Arthur MAHE, j’ai 30 ans et je suis diplômé d’une école d’ingénieur des sciences et technologies du numérique. Je suis arrivé en stage chez Accenture en 2015, et je suis maintenant directeur de projet en stratégie et conseil cybersécurité dans le domaine des services financiers.

 

2)      Pourquoi avoir choisi la cybersécurité ?

J’ai toujours voulu donner du sens à ce que je fais. Pour moi, aider les grandes entreprises à tirer profit des nouvelles technologies en toute confiance, c’est donner du sens à mon travail. Et puis, la cybersécurité me permet d’explorer un large panel d’activités allant des études stratégiques au maintien en condition de sécurité des opérations, en passant par des projets d’intégration ou des apports d’expertise ponctuelle.

 

3)      Pouvez-vous nous parler de vos dernières missions ?

Mes deux dernières missions consistaient à étudier, pour le compte d’un grand groupe bancaire français, les scénarios de migration vers le cloud puis à cadrer les besoins de cybersécurité relatifs au scénario retenu. Pour donner quelques exemples des enjeux adressés, nous avons étudié le risque de dépendance technologique à un fournisseur, l’enjeu de souveraineté au travers de l’impact de la localisation des données, l’attractivité des talents dans un contexte de marché de l’emploi cyber tendu et les avantages et inconvénients à utiliser des solutions natives de cybersécurité comparées à l’utilisation de solutions tierces spécialisées.

 

4)      Comment travaillez vous avec vos collaborateurs et qui sont-ils ?

En fonction des missions, les collaborateurs avec lesquels je suis amené à travailler ne sont pas les mêmes. Les équipes projets sont définies de manière à rassembler des expertises complémentaires permettant de mener à bien la mission. A titre d’exemple, les profils attendus pour conduire des tests d’intrusion pour évaluer la résistance d’un système ne sont pas les mêmes que ceux attendus pour concevoir une architecture sécurisée. En tant que directeur de mission, j’ai la charge d’identifier le dispositif idéal parmi mes collaborateurs pour conduire la mission, en fonction de leurs aspirations et de leurs compétences, et de les accompagner tout au long pour atteindre l’objectif de la mission.

 

5)      Avez-vous des activités internes au-delà de la direction de projet ?

Oui, en plus de mon rôle de directeur de projet, j’ai un rôle dans l’accompagnement des collaborateurs, dans leur développement et je les aide à grandir dans l’organisation. En plus, chacun de nous est encouragé à participer à un ensemble d’activité interne. En ce qui me concerne, je suis responsable d’un partenariat avec un éditeur de solution de gestion de risques cyber, responsable de l’association d’ancien élève de Télécom SudParis et je participe aux activités de recrutement, de communication et de business développement.

 

6)      Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent se lancer dans ce secteur ?

Je leur conseillerais de se lancer. Peu importe d’où vous venez, si vous êtes motivés, un poste relatif à la cybersécurité est fait pour vous. Pour donner quelques exemples, chez Accenture nous cherchons des profils avec des compétences métiers pour adapter le niveau de cybersécurité aux enjeux, des profils techniques pour simuler des attaques et des chefs de projet pour piloter le déploiement d’une solution de cybersécurité à travers le monde. Le dispositif idéal est un juste équilibre de compétences entre vision stratégique, aptitude relationnelle, force d’exécution et capacité d’influence.

Article proposé par
Aucun commentaire